mercredi 6 août 2014

COMMUNIQUE AMBASSADE D'ISRAEL EN FRANCE

En raison de l’intimidation exercée par le Hamas sur des journalistes étrangers dans la bande de Gaza, on constate malheureusement que seule une partie de la souffrance humaine a été décrite. Il n’y a pas eu de reportages montrant les militants du Hamas au combat ni dans leur utilisation cynique de la population civile de Gaza comme bouclier humain.
Maintenant que le cessez-le-feu a été mis en place et que des journalistes ont quitté la bande de Gaza, de nouveaux éléments de preuves émergent et illustrent comment le Hamas a lancé ses missiles depuis des zones résidentielles à population dense incluant des écoles, des hôpitaux, des mosquées et des bâtiments appartenant aux Nations-Unies.
Merci de bien vouloir trouver ci-dessous les liens de deux courts reportages publiés hier (5 août 2014) dans les médias:
-Reportage exclusif diffusé par France 24, où des envoyés spéciaux de France 24 dans la bande de Gaza ont découvert un site de lancement de roquettes du Hamas, situé au milieu des habitations des Gazaouis, à quelques mètres seulement d’un bâtiment de l’ONU
-Reportage exclusif de la chaine de télé indienne NDTV, montrant comment le Hamas assemble et lance des roquettes depuis des zones densément habitées à Gaza 

  http://www.ndtv.com/article/world/ndtv-exclusive-how-hamas-assembles-and-fires-rockets-571033?site=classic
Merci de bien vouloir trouver ci-joint un article publié par le Colonel britannique Richard Kemp, spécialiste de la lutte contre le terrorisme, permettant de donner une vision beaucoup plus élargie de la réalité du terrain et du nombre de pertes et de victimes.
Richard Kemp a passé plus de trente années au commandement d’unités de l’armée placées en première ligne dans la lutte contre le terrorisme et les insurrections dans des zones sensibles, y compris en Irak, dans les Balkans, en Asie du Sud et en Irlande du Nord. Il était le commandant des forces britanniques en Afghanistan en 2003 ; et de 2002 à 2006 l'équipe de terrorisme international du Comité mixte du Renseignement du Bureau du Premier ministre britannique.

LE PRESIDENT DU CRIF ECRIT AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE


Roger Cukierman, dans un courrier adressé le 5 aout à François Hollande, a alerté le Président de la République sur l'utilisation des termes "carnage" et "massacre" pour qualifier les opérations de l'armée Israélienne à Gaza.
Le caractère disproportionné de ces termes a suscité de l'incompréhension et une vive émotion chez les Juifs français.
Roger Cukierman estime que le Président de la République et le Ministre des Affaires étrangères ne tiennent pas compte des exactions commises par le Hamas sur la population palestinienne de Gaza, utilisée comme bouclier humain dans des écoles et des hôpitaux ou sont stockés armes et missiles.
Ils ne tiennent pas compte des enlèvements et des assassinats de civils israéliens, ni des tunnels creusés pour tuer, ni des milliers de missiles lancés sur la population israélienne depuis 10 ans par les terroristes du Hamas.


mardi 5 août 2014

CESSEZ-LE-FEU: COMMUNIQUE AMBASSADE D'ISRAEL

Le Porte-parole du ministère des Affaires étrangères israélien a déclaré, le 5 août 2014 :
« Israël a accepté la proposition de cessez-le-feu proposée par l’Égypte et le lui a signifié ».

La trêve a pris effet mardi 5 août 2014 à 8h du matin (heure locale).

Le Porte-parole de l’armée israélienne a expliqué que toutes les troupes [israéliennes] ont été retirées de la bande de Gaza dès le début de la trêve. L’armée israélienne maintiendra des positions défensives près de la frontière avec Gaza. Israël est parvenue à détruire les 32 tunnels traversant ses frontières depuis Gaza.

Dans les quelques heures ayant précédé le cessez-le-feu, des tirs de roquettes ont été lancés par des organisations terroristes depuis la bande de Gaza, sur plusieurs grands bassins de population en Israël, notamment Ashdod, Ashkelon, Beer-Sheva, Rishon LeZion, Goush Etzion, Bethléem et Ma'aleh Adumim à l’Est de Jérusalem.

lundi 4 août 2014

JEUNE TICHAA BEAV

Association Cultuelle & Culturelle Israélite du Bassin d’Arcachon

Le jeûne de Tichaa Béav a lieu du lundi 4 août 2014 à 21h27 au Mardi 5 août 2014 à 22h05

Des offices auront lieu : 
-Lundi à 21h30 
-Mardi à 08h00 et 19h30

Le jeûne du 9 Av rappelle le souvenir de la destruction du Temple de Jérusalem en 586 avant, par les Babyloniens et en 70 après, par les Romains.

dimanche 3 août 2014

Badinter, le dernier héros républicain




Par Robert Badinter, ancien Garde des Sceaux (1981-1986), ancien Président du Conseil constitutionnel (1986-1995), publié dans le Monde le 24 juillet 2014

Français juif ou Juif français, comme on voudra, ces deux qualités étant indissociablement liées en moi, j’assiste avec stupeur et colère à la renaissance d’un antisémitisme proclamé en France.
C’est sur ce sujet-là que j’entends ici m’exprimer. Non sur le conflit au Proche-Orient qui oppose Palestiniens et Israéliens, depuis la création de l’État d’Israël par décision de l’ONU en 1948. Dans ce conflit, qui se déroule à des milliers de kilomètres de la France, notre destin national n’est pas en jeu. Mais une certaine idée de la République se trouve menacée à présent en France par les passions qu’il suscite.
La République française repose sur des principes qui fondent notre pacte national. La République est une, indivisible et laïque. Elle est composée de tous les citoyens français, égaux en droits et devoirs, quels que soient leur sexe, leur origine, leurs convictions religieuses, philosophiques, politiques. Elle n’est pas une juxtaposition, une mosaïque de communautés vivant côte à côte. Elle rassemble en une même unité la totalité de ses citoyens, sans distinction aucune. La laïcité garantit à cet égard la liberté religieuse de chaque Français, dans le respect de celle des autres.
Sur ces quatre piliers, liberté, égalité, fraternité, laïcité, repose la République française. Et chacun sait qu’il suffit qu’un des piliers cède pour que l’édifice entier puisse s’écrouler.
Or la menace est là, présente dans les cris et les violences qui ont accompagné certains défilés organisés par des associations de soutien au peuple palestinien hostiles à Israël. Face à l’interdiction de certaines manifestations, suscitée par la menace de troubles graves à l’ordre public, on a invoqué le droit à manifester garanti par la Constitution.
Garantir la paix civile                          
Il s’agit là d’une liberté fondamentale dont l’importance n’est pas discutable. Encore faut-il rappeler que, comme toute liberté, celle de manifester doit s’exercer dans le cadre de l’État de droit. Or, en matière de liberté de manifestation, la loi prévoit que le gouvernement, dont le devoir est de garantir la paix civile, peut prendre des mesures d’interdiction si la sûreté des personnes et des biens lui paraît menacée.
Il ne s’agit pas là d’un pouvoir régalien qui s’exercerait sans limites ni contrôle. La loi donne aux organisateurs de la manifestation le droit de saisir la justice administrative statuant en référé, c’est-à-dire sans délai, d’une demande d’annulation de la mesure d’interdiction décidée par le gouvernement. L’audience est publique et contradictoire. Et la décision rendue est immédiatement exécutoire.
Les organisateurs de toute manifestation doivent se conformer aux décisions de justice. Ils ne peuvent se prévaloir d’un droit absolu et discrétionnaire à manifester. Le gouvernement, et particulièrement le Ministre de l’Intérieur, a à cet égard scrupuleusement observé les règles de l’État de droit.
Reste l’essentiel : au même moment, dans d’autres grandes capitales européennes, des mouvements identiques manifestaient dans la rue leur soutien aux habitants de Gaza écrasés par les souffrances de la guerre. Nulle part ne s’élevaient, à l’occasion de ces défilés, les cris que l’on a entendus à Paris : « A bas les Juifs, à mort les Juifs ».
Le voile était déchiré, le masque arraché. Ce qui s’exprimait à nouveau à Paris dans ces manifestations, c’était, au-delà de l’antisionisme, l’antisémitisme, la haine des Juifs.
Déjà, nous avions entendu des néonazis défiler à Paris en février en criant « Les Juifs dehors » dans une indifférence quasi générale. Je m’étais indigné du silence devant ces clameurs antisémites qui n’avaient pas retenti depuis l’Occupation nazie. Et voici que, à l’occasion du conflit au Proche-Orient, des voyous masqués se dirigent vers des synagogues, mus par le désir de frapper, de casser, de brûler… 


« MORT AUX JUIFS »
Les agressions contre des synagogues jalonnent l’histoire de l’antisémitisme. Voici qu’elles se renouvellent au motif de solidarité avec les Palestiniens de Gaza. Mais les cris de « Mort aux juifs », c’est à Paris qu’ils résonnent, et aux juifs de France qu’ils s’adressent. Et, au-delà d’eux, c’est la République tout entière qu’ils défient. Au soir de ma vie, je retrouve, hurlés par des fanatiques, les mêmes mots que je voyais, enfant, inscrits à la craie sur les murs de mon lycée parisien, avant la guerre : « Mort aux juifs », avec alors l’adjonction de « Mort à Blum ».
Lors de la commémoration annuelle de la grande rafle du Vél’ d’Hiv, à Paris ce 20 juillet, le premier ministre prononça des paroles fortes et simples contre l’antisémitisme. Il dénonça sa renaissance et la menace qu’il impliquait pour la France. C’était un beau discours, consolateur et rassurant à la fois.
Mais je m’interrogeais : soixante-dix ans se sont écoulés depuis la nuit de l’Occupation, les crimes des nazis et de leurs complices de Vichy. Le temps de l’Histoire a succédé au temps de la Mémoire. Les derniers témoins vont disparaître à leur tour. Et l’antisémitisme est toujours vivant.
Certes, les protagonistes et les circonstances ont radicalement changé. Mais la haine des juifs, elle, n’a pas disparu. Je la revois à l’oeuvre chez ces jeunes gens masqués, l’invective à la bouche et la pierre à la main, animés par les mêmes passions antisémites que leurs prédécesseurs des temps passés pourtant si différents.
Comment éradiquer cette violence, dissiper leur ignorance, les ramener à la République ? La tâche est immense et l’enjeu considérable. Car il en va de l’antisémitisme comme du racisme. Ce sont des poisons de la République. A une certaine dose, elle en meurt.

vendredi 1 août 2014

COMMUNIQUE AMBASSADE D'ISRAEL


Hier, jeudi 31 juillet, le cabinet de sécurité du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, a déclaré vouloir poursuivre l’opération contre le Hamas et les tunnels terroristes à Gaza :
« Les soldats de Tsahal continuent à œuvrer à  la neutralisation des tunnels  terroristes. Ces tunnels qui auraient pu permettre au Hamas d’enlever et d’assassiner des civils et des soldats de l’armée israélienne en perpétrant  des attaques simultanées depuis certains tunnels qui débouchaient sur notre propre territoire. »
Lutte contre les tunnels du terrorisme du Hamas
Comme l’a rappelé le Premier ministre dans une déclaration faite le 28 juillet au Ministère de la Défense, le Hamas est un ennemi féroce et brutal et doit être perçu comme « un ennemi cruel, non seulement envers Israël mais aussi envers sa propre population » ; rappelant que la mission d’Israël est de  lutter contre cette organisation terroriste qui ne souhaite que sa destruction ; et qu’il faut pour se faire neutraliser les tunnels  qui favorisent l’armement de terroristes de la bande de gaza et dont l’objectif principal est de perpétrer des attentats de grande envergure contre des civils israéliens : ils « sont la première et indispensable étape dans la démilitarisation de la bande de Gaza ».
Il accuse le Hamas d’avoir détourné le ciment et le béton offerts par la communauté internationale pour construire ces tunnels. « Il est inacceptable que les citoyens d’Israël aient à vivre sous la menace perpétuelle de missiles et d’infiltration de terroristes par des tunnels – la mort nous menace, d’en haut comme d’en bas ».
Selon le Centre d’Information sur les Renseignements et le Terrorisme, Tsahal poursuit ses activités de recherche et de destruction de tunnels. Le 29 juillet à 12h, 31 ont été découverts et 15 détruits.
Mais les opérations de destruction de l’infrastructure de ces tunnels sont, selon le Chef d’état-major, le général Benny Gantz, complexes et difficiles et avancent lentement « pas à pas, entrée après entrée, tunnel après tunnel, confrontation après confrontation ».
Les terroristes de la bande de Gaza continuent de tenter de s’infiltrer en territoire israélien à travers leurs tunnels. Selon un porte-parole de Tsahal, ils ont le 28 juillet dernier,  tiré un missile antitank sur des soldats présents à la frontière, en tuant 5 sur le coup. Ils ont ensuite essayé d’enlever le corps d’un des soldats, et fuit vers l’entrée du tunnel, laissant derrière eux quatre fusils kalachnikov et deux lanceurs de RPG.
Les groupes terroristes de Gaza ne cachent pas leurs intentions d’attentats ni de kidnapping de soldats vivants ou morts, qui ouvriraient la porte à des négociations de prisonniers. Ils les revendiquent. Selon un communiqué publié sur le site internet des Brigades Izz al Din al Qassam le 28 juillet, les brigades revendiquent l’assassinat de 10 soldats et l’échec de la tentative d’enlèvement de l’un d’entre eux.
Le Hamas continue d’utiliser des bâtiments civils ou religieux comme bases de lancement. Quatre nouvelles mosquées ont été recensées à cet effet ; une étant utilisée comme centre de commandement et l’autre abritant l’entrée d’un tunnel.
On décompte plus de 2555 frappes provenant de Gaza  depuis le début de l’opération. Le système de défense anti-missiles Dôme de fer en aurait intercepté 500.
Le ministère des affaires étrangères israélien fait également état, le 29 juillet, de roquettes Fajr-5 (de fabrication iranienne) possédant une charge de  plus de 100 kg, lancées depuis une cour de jeux située devant l’Hôpital Shifa dans la bande de Gaza. Le général Benny Gantz, chef d’Etat-major, a par ailleurs démenti les revendications pointant l’armée israélienne comme responsable des tirs ayant visé le dispensaire de cet hôpital. Selon le porte parole de l’armée israélienne l’hôpital aurait été touché par des tirs ratés de roquettes provenant de Gaza et visant le territoire israélien.
Depuis le début de l’opération « bordure protectrice » le 8 juillet dernier, les passages permettant l’acheminement de l’aide humanitaire vers Gaza sont restés ouverts, malgré les tirs constants de roquettes visant Israël. 
Exemple du passage  de Kerem Shalom
- 1387 camions sont entrés dans la bande de Gaza depuis le passage de Kerem Shalom, apportant de la nourriture, des médicaments et des équipements médicaux
- 4,44 millions de litres de diesel ont été fournis pour alimenter les centrales, 344 000 litres à l’UNRWA
- 3 182 millions de litres de combustibles et carburants
- 1,02 millions de litres d’essence pour le transport
- 1 557 tonnes de gaz pour les besoins domestiques
Depuis le début de l’opération, Israël a mené 48 réparations d’installations, 25 réparations électriques, 15 interventions de fourniture d’eau, 4  opérations d’assainissement des eaux, et 3 réparations des communications.
Le 27 juillet la CAGT (unité de Coordination des Activités Gouvernementales dans les Territoires - COGAT en anglais) a permis la réparation de 2 conducteurs d'alimentation électrique allant d’Israël à Gaza. Les 10 lignes existantes ont été endommagées et 3 d’entre elles ont été rétablies. La CAGT travaille actuellement sur la réparation des autres lignes, en espérant pouvoir y parvenir aussi rapidement que les conditions de sécurité le permettront.
Avec nos meilleures salutations,
Service Politique de l’Ambassade d’Israël en France

mercredi 30 juillet 2014

ROYAUME DU MAROC FETE DU TRONE

Hicham Bensoltane et le général de corps d'armée Jean-Philippe Ster
La Ministre Michèle Delaunay s'entretient avec Albert Massiah

Georges Azogui qui se retrouve lorsqu'il parle en arabe ici avec l'Imam Tarek Oubrou photos copyright Richard Zéboulon
Sans presque nul doute on peut affirmer que les Marocains savent recevoir avec délicatesse, faste et générosité. Si preuve en était la fête qu'a donné le Consul général du Maroc à Bordeaux, ce soir dans les salons du Grand hôtel.
Tout Bordeaux avait répondu à l'invitation de Hicham Bensoltane pour cette commémoration de l'accession au trône de Sa majesté Mohamed VI.
Nous avons pu croiser madame la ministre Michèle Delaunay, députée, conseillère municipale:  Jean-Philippe Ster, général de corps d'armée, commandant la région de gendarmerie, Pierre de Gaëtan, adjoint au maire, Nathalie Morlot et bien d'autres personnalités qui font Bordeaux
A noter comme chaque année, nombre d'invités membres de la communauté juive qui ont toujours la terre du Maroc accroché à leurs souliers. L'emblématique grand rabbin Claude Maman, orignaire de Fes, Georges Azogui, Albert et Maurice Tolédano de Meknes, Salomon Bitton, de Marrakech, président du KKL, Albert Massiah, ... pour lesquels était prévu un buffet cacher !
Etait absent le Président du CRIF Aquitaine, Albert Roche invité par le roi du Maroc, à Rabat.

1 AOUT CHABBAT A ARCACHON

Parachat: Dévarim - Hazon

Thèmes de la Paracha :
1. 5ème livre de la Torah
2. Discours de Moise

Vendredi avant 19h59 : Allumage des bougies
19h00 : Min’ha suivi de l’Office de vendredi soir, Arvit

Samedi :
09h00 Office de samedi matin, Cha’harit, suivi d’un Kiddouch 
offert par Monsieur et Madame André Bensadoun

19h30 Office de Min’ha, suivi de la Séouda Chélichit et Etude sur la Paracha
22h19 Fin de Chabbath, Office d’Arvit suivi de la Havdala

Jeûne du 9 Av
De lundi 4 août 2014 à 21h27 à Mardi 5 août 2014 à 22h05
Office : lundi soir à 21h30 – Mardi à 08h00 – Mardi à 19h00

Le jeûne du 9 Av rappelle le souvenir de la destruction du Temple de Jérusalem en 586 avant, par les Babyloniens et en 70 après, par les Romains.

En cette période difficile pour Eretz Israël, soyons Minyane pour Ticha Béav à la synagogue !

Année de Norbert Attali
Les prières pour l’année de notre ami Norbert Attali (zal) auront lieu à la Grande Synagogue de Bordeaux les dimanche 3 et lundi 4 août. Certains ont prévu d’aller à Bordeaux et lundi 4 août pour l’office du matin à 7h15 suivi de la montée au cimetière. Nous profiterons de cette visite pour aller sur la tombe de Léon Levy (zal). 

Epicerie
Durant tout l’été, l’épicerie Cacher de l’ACCIBA est ouverte tous les jours, du lundi au vendredi de 9h00 à 12h00. Vous y trouverez toutes sortes de viande (volailles, bœuf, veau, agneau, merguez, viande hachée …), charcuterie, vin, jus de raisin, pâtés, moutarde, mayonnaise, olives, hallot …. Ainsi que des plats à emporter. Tout est prévu en Cacher pour passer ses vacances à Arcachon !!!
Office à 8h00 suivi d’un café - Epicerie ouverte de 9h00 à 12h00.

mardi 29 juillet 2014

31 JUILLET PARIS RASSEMBLEMENT

Depuis 21 jours, Israël est engagé dans une guerre contre les terroristes du Hamas.
Parce que nous affirmons le droit d'Israël à se défendre contre les attaques aveugles qui visent sa population,
Parce que le Hamas est un mouvement terroriste qui prend en otage la population palestinienne,
Parce que nos pensées vont à toutes les victimes civiles,
Parce que nul gouvernement ne peut accepter que ses enfants grandissent sous la menace de missiles et d'attaques terroristes,
Parce que l'Etat d'Israël se bat pour les démocrates du monde entier,
Parce que ce qui menace Israël menace la France,
Le CRIF et l'ensemble des organisations juives de France appellent à un rassemblement unitaire des amis d'Israël
Jeudi 31 juillet à 18h30
Devant l'ambassade d'Israël
Avenue Matignon
75008 Paris
M° Franklin Roosevelt

SYNAGOGUE D'ARCACHON

En visite ce jour à la synagogue d'Arcachon

IRAN / IRAK ENTRE 600 000 ET 1 200 000 MORTS




Cette guerre a provoqué de très importantes pertes humaines - les chiffres oscillent de 600 000 à 1 200 000 morts du côté iranien, bilan particulièrement lourd pour un conflit régional. Les jeunes hommes de 18 à 30 ans ont payé le plus lourd tribut, créant un phénomène de "classe creuse" bien connu des historiens.

dimanche 27 juillet 2014

MALI DECOMPTE DES MORTS IMPOSSIBLE



Selon Human Rights Watrch, début avril, à Gao, des combattants d’Ansar Dine exécutent deux hommes et coupent l’oreille d’une femme pour avoir porté une jupe courte. Des habitants sont également fouettés pour avoir consommé de l’alcool. À Kidal également, des combattants d'Ansar Dine tranchent la main d'un homme du MNLA
Fin juillet 2012, après la prise de contrôle d’Aguel’hoc par les islamistes, un couple adultère a été mis à mort par lapidation au nom de la charia par des combattants d'AQMI..
En mars et avril, lors des invasions de Tombouctou et Gao, les chrétiens ne font pas l'objet de menaces directes, cependant trois églises, une station de radio chrétienne et une école biblique sont pillées tandis que les bibles, les croix et les icônes religieuses sont détruites. Les pillages sont cependant commis aussi bien par les islamistes que par les indépendantistes du MNLA
Le 19 mars 2013, dans un communiqué, AQMI déclare avoir exécuté un otage français, Philippe Verdon, dix jours plus tôt, par décapitation
Le15 aout 2012, le Bureau des Nations unies pour la coordination des Affaires humanitaires (Ocha) publie un rapport faisant état au 10 août de 261 624 réfugiés maliens enregistrés dans les pays voisins et 174 000 déplacés à l’intérieur du territoire malien.
Le 15 janvier 2013, l'ONU estime à près de 150 000 le nombre de Maliens réfugiés dans les pays voisins, et à 230 000 le nombre de personnes déplacées dans le pays. On compte 54 100 réfugiés en Mauritanie, 50 000 au Niger, 38 800 au Burkina Fasso, et 1 500 en Algérie.
Il est impossible de faire le bilan des milliers de morts et des blessés dans ce conflit qui se poursuit à ce jour entre  les rebelles touaregs du MNLA (indépendantiste) et d’Ansar dine (salafiste) le MUJAO et AQMI, du HCUA et du MAA, etc

EGYPTE 979 MORTS




A révolution en Egypte, manifestations massives et renouvelées dans les grandes villes, la répression du régime de Moubarak aurait fait 840 morts
Le 9 septembre 2011, des milliers de manifestants attaquent l'ambassade d'Israël et les heurts avec les forces de sécurité font 3 morts et 1049 blessés. Le 9 octobre, des manifestants pacifiques coptes sont attaqués par les forces de l'ordre faisant 28 morts et 212 blessés. Du 19 au 22 novembre, les policiers répriment dans le sang des centaines de milliers de manifestants faisant 43 morts et 3000 blessés.En décembre, de nouveaux heurts font 17 morts. En février, 78 personnes sont mortes lors d'un match de foot à Port Said. Des émeutes font 13 morts. En mai, des affrontement devant le ministère de la défense font 22 morts et +300 blessés
Bilan 979 morts

CHRETIENS D'IRAK: REVUE DE PRESSE










vendredi 25 juillet 2014

25 juillet COMMUNIQUE AMBASSADE D'ISRAEL

L’ambassadeur d’Israël à l’ONU Eviatar Manor s’est exprimé mercredi 23 juillet au cours de la session spéciale du Conseil des Droits de l’Homme, en réaction à la décision du Conseil d'envoyer une commission d'enquête internationale à Gaza.

Il s’est adressé au Président du Conseil des Droits de l’Homme, Monsieur Baudelaire Ndong Ella en lui demandant à lui-même et à la Haut-Commissaire aux Droits de l’Homme de ne pas se tromper dans leur appréciation ; rappelant au Conseil la chronologie de l’escalade des évènements initiée par le Hamas et en interpellant le Conseil sur le devoir qu’à Israël de défendre sa population face à ces agressions, lui demandant d’observer une distinction claire entre l’asymétrie des actions perpétrées par des terroristes face aux réponses d’une démocratie qui doit se protéger et qui a toujours accepté les divers plans de cessez-le-feu et de trêves humanitaires proposés.

Dans le cadre de ses propos sur le conflit actuel, la Haut-Commissaire aux droits de l'homme, Navi Pillay a quant à elle également rappelé que face aux 2100 frappes aériennes israéliennes il y a eu 2900 tirs « aveugles » de « roquettes et mortiers en provenance de Gaza par le Hamas et d'autres groupes armés qui [continuent] de menacer la vie des civils en Israël »

Elle a condamné le Hamas pour ces faits et également déclaré qu’ « il est en outre inacceptable de placer des moyens militaires dans des zones densément peuplées et de lancer des attaques à partir de ces zones. Le droit international est clair ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahou a réagi en déclarant que le HCDH devrait se consacrer à l’investigation du double crime de guerre commis par le Hamas, s’abritant et se cachant parmi ses civils pour lancer des roquettes sur les civils israéliens et transformant des bâtiments religieux, destinés aux malades ou aux enfants en centres de commandement militaires, bases de lancements et centres de stockages d’armes. Il s’inquiète qu’un tel rapport puisse être établi dans le but de diffamer l’Etat d’Israël.

Nombreuses sont les réactions internationales dénonçant les attaques perpétrées par le Hamas et les autres groupes terroristes de Gaza, les appelant à déposer les armes, et soutenant le « Droit légitime d’Israël à se défendre ». C’est notamment le cas des conclusions du Conseil des Ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne rendues le 22 juillet dernier. Le Ministère des Affaires étrangères israélien a salué ces conclusions et l’appel de l’Union européenne au désarmement des organisations terroristes de la bande de Gaza et à sa démilitarisation.

Le ministre Avigdor Liberman a rappelé que les opérations menées s’inscrivent dans la vision du monde libre de lutter contre le terrorisme afin de restaurer la paix et la sécurité. Veuillez trouver la traduction de ses propos ci-joint.
Il a également salué, au cours d’une allocution avec son homologue Britannique Philip Hammond, la décision prise par le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-Moon, d’ouvrir une enquête sur les caches de roquettes dissimulées dans les écoles de l’UNWRA à Gaza et le fait qu’elles aient été restituées au Hamas.

SOUDAN 300 000 MORTS MUSULMANS, 2,7 MILLIONS DE DEPLACES

La guerre du Darfour est un conflit armé touchant depuis 2003  la région du Darfour, située dans l’ouest du Soudan. Les origines du conflit sont discutées. Elles sont parfois supposées anciennes et dues aux tensions ethniques qui débouchent au premier conflit du Darfour de 1987. Bien que le gouvernement soudanais affirme que le nombre de morts se situe aux environs de 10 000, trois pays, les États-Unis, Israël et le Canada, soupçonnent que ce conflit couvre un génocide ayant fait environ 300 000 morts et 2,7 millions de déplacés dont 230 000 réfugiés au Tchad La Commission d’enquête de l’Organisation des Nations unies (ONU) sur les violations des droits de l’homme perpétrées au Soudan parle de crimes contre l’humanité. Constatant que la justice soudanaise ne peut ou ne veut rien faire pour y remédier, elle transmet le dossier à la Cour pénale internationale (CPI)
Qui manifeste ???

25 JUILLET CHABBAT A ARCACHON

Parachat : Massei

Thèmes de la Paracha :
1. L’énumération des étapes
2. Les villes de refuge

Vendredi avant 20h05 : Allumage des bougies
19h00 : Min’ha suivi de Arvit

Samedi 09h00 : Cha’harit, suivi d’un Kiddouch
19h30  Min’ha, suivi de la Séouda Chélichit et Etude sur la Paracha
22h29 : Fin de Chabbath, Arvit suivi de la Havdala

Roch Hodech Av
Lundi 28 juillet 2014. A partir de ce jour, on ne consomme plus de viande jusqu’au mardi 5 août 2014.

Les 3 semaines
Semaine sans viande du lundi 28 juillet au mardi 5 août 2014 inclus
Jeûne du 9 Av mardi 5 août 2014 

Année de Norbert Attali
Les prières pour l’année de notre ami Norbert Attali (zal) auront lieu à la Grande Synagogue de Bordeaux les dimanche 3 et lundi 4 août. Certains fidèles ont prévu d’aller à Bordeaux et lundi 4 août pour l’office du matin à 7h15 suivi de la montée au cimetière. Nous profiterons de cette visite pour aller sur la tombe de Léon Levy (zal). 

Epicerie
Durant tout l’été, l’épicerie Cacher de l’ACCIBA est ouverte tous les jours, du lundi au vendredi de 9h00 à 12h00. Vous y trouverez toutes sortes de viande (volailles, bœuf, veau, agneau, merguez, viande hachée …), charcuterie, vin, jus de raisin, pâtés, moutarde, mayonnaise, olives, hallot …. Ainsi que des plats à emporter. Tout est prévu en Cacher pour passer ses vacances à Arcachon !!!
Office à 8h00 suivi d’un café - Épicerie ouverte de 9h00 à 12h00.

jeudi 24 juillet 2014

SYRIE PLUS DE 170 000 MORTS MUSULMANS EN TROIS ANS

Qui manifeste ?

LE MONDE 19 juillet 2014  


L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) annonce un bilan trèslourd dans des combats incluant les djihadistes de l'Etat islamique à Homs, en Syrie. « L'Observatoire a pu documenter la mort de 270 personnes tuées dans les combats ou exécutées par les combattants de l'Etat islamique (EI) dans le champ gazier de Chaar pris [jeudi 17 juillet] par l'Etat islamique »,selon les déclarations, vendredi, du directeur de l'observatoire, Rami AbdelRahmane.

LE MONDE 5 juin 2014

« Plus de 30 ressortissants français » partis combattre en Syrie ont trouvé la mort dans le pays, a annoncé mercredi 4 juin François Hollande, à l'issue de la première journée du sommet du G7 à Bruxelles.

LE FIGARO 10 Juillet 2014

Plus de 170.000 personnes, dont un tiers de civils, ont trouvé la mort dans le conflit qui ravage la Syrie depuis trois ans, selon un nouveau bilan de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) publié aujourd'hui.
"Depuis que la première victime de la révolution syrienne a été enregistrée le 18 mars 2011 dans la province de Deraa, les décès de 171.509 personnes ont été rapportés", a ainsi annoncé l'OSDH. Parmi les morts figurent 56.495 civils, dont 9.092 enfants.

TRACT DU CAP

 

Il est bien évident que c'est le CRIF qui dicte la politique de la France à François hollande alors que la démocraSSie pronée par le CAP est entière, il va de soi.etc etc

24 juillet COMMUNIQUE AMBASSADE D'ISRAEL

Au cours d’une conférence de presse commune avec le Secrétaire Général des Nations Unies Ban Ki-Moon en Israël, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a fait part de la nécessité d’Israël de protéger ses civils face à la menace terroriste des tunnels et des roquettes ; et des efforts faits pour éviter de toucher des civils dans la mesure du possible, et ce malgré que le Hamas continue à tirer ses roquettes depuis des zones habitées à Gaza. Il a rappelé qu’Israël a déjà accepté à la fois la proposition de cessez-le-feu égyptienne et la trêve humanitaire initiée par l'ONU et que le Hamas a toutes rejetées.
Hier, l’UNRWA (Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient), a révélé dans un communiqué un nouveau cas de missiles cachés par des terroristes du Hamas, dans les locaux d’une école lui appartenant, dans la bande de Gaza. L’UNRWA a de nouveau condamné fermement cette violation flagrante du droit international et du principe d’inviolabilité de ses locaux, qui met par ailleurs les civils et son propre personnel en danger.
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a par ailleurs déclaré:
« La Communauté internationale nous a poussés à fournir du ciment à la Bande de Gaza afin d’y construire des écoles, des hôpitaux et des habitations. Et à présent, nous voyons ce qu’ils ont fait de ce ciment que nous leur avons livré. Ils l’ont utilisé pour bâtir des tunnels, proches de jardins d’enfants et non pour construire des jardins d’enfants. Et ces tunnels débouchent sur notre territoire, de manière à ce que le Hamas puisse faire exploser nos propres jardins d’enfants et tuer nos enfants. (…)
Nous avons même mis en place un hôpital de campagne, Monsieur le Secrétaire, afin d’aider les civils du Hamas, mais le Hamas empêche les civils de la Bande de Gaza d’aller se faire soigner dans notre hôpital. (..) Il est du droit de chaque Etat d’assurer sa propre défense. Et Israël continuera à faire ce qui est nécessaire afin d’assurer la défense de sa propre population. »
Merci de bien vouloir trouver ci-joint la traduction des déclarations de Benjamin Netanyahu à Ban Ki Moon ; accompagnées du rapport de l’UNRWA dénonçant la présence d’armes du Hamas dans l’une de ses écoles.
Avec nos meilleures salutations,

Département politique de l’Ambassade d'Israël en France

mercredi 23 juillet 2014

MANIFESTATION DE SOUTIEN AU PEUPLE PALESTINIEN

Ce jour à 18h 30 place de la Victoire .... quelques discours en arabe et en français clamant l'hostilité à la Licra, au Crif, au gouvernement et même à Alain Juppé pour avoir jumelé Bordeaux à Ashdod ! .... le maire actuel à l'époque était adjoint aux finances de la ville de Paris et Jacques Chaban-Delmas maire de Bordeaux !
Pas grave dans l'amalgame les manifestants ont aussi demandé la libération de Georges Ibrahim Abdallah. (tapez ce nom sur un moteur de recherche pour vous faire une idée du personnage si vous ne le connaissez déjà)
Manifestation encadrée par un service d'ordre interne et des organisateurs qui ont clairement demandé de ne pas titiller les policiers, de ne pas tenter quoi que ce soit à la synagogue, ni aux commerces sur le cheminement des manifestants.

Le Nouveau Parti Antisémite etait présent



Ajouter une légende
Casting réussi et comme à Gaza, les femmes au premier rang

Photos Copyright CRIF Aquitaine

"Juifs internés à Bordeaux (1940-1944) : le camp de Mérignac-Beaudésert".

De l’automne 1940 au mois d’août 1944, le camp de Mérignac-Beaudésert est le lieu d’internement des indésirables de Vichy : nomades, politiques, réfugiés espagnols, Juifs, étrangers... 
Pour les Juifs, ce camp est une étape avant de rejoindre d’autres lieux d’internement pour être finalement dirigés sur Drancy puis vers les centres de mises à mort. Plus de 2 000 juifs ont transité par le camp de Mérignac-Beaudésert. 1 500 d’entre eux ont été déportés puis assassinés dans les camps nazis. 
L’ouvrage de Florent Leruste est remarquable par son originalité et sa précision. À hauteur d’homme, il offre un panorama complet du fonctionnement et de la vie d’un camp français : sa mise en place administrative, la diversité des situations des internés, l’identité des victimes, la description précise des modalités et des pratiques des arrestations et des déportations. Cet important travail apporte une pierre locale à l’édifice national et européen de l’histoire de la destruction des Juifs d’Europe. 
Pour les enseignants, ce travail est une invitation à utiliser les ressources locales pour étudier la persécution et la déportation des Juifs de France.

Vous pouvez le commander en suivant le lien ci-dessous :
http://www.leseditionsdunet.com/histoire-et-actualites/2479-juifs-internes-a-bordeaux-1940-1944--le-camp-de-merignac-beaudesert-leruste-florent-9782312022932.html

mardi 22 juillet 2014

SUR LA 5, RETROUVEZ ROGER CUKIERMAN



Demain Gaza ... en France.
Roger Cukierman intervient dans l'emission C DANS L'AIR


http://www.france5.fr/emissions/c-dans-l-air/diffusions/21-07-2014_253137

22 juillet COMMUNICATION DE L'AMBASSADE D'ISRAEL EN FRANCE


Bonjour,
A la lumière de l’intensité des combats qui prennent place actuellement aux abords de Gaza, veuillez trouver ci-dessous une note permettant de mieux comprendre le contexte des événements, accompagnée en pièce-jointe des aspects légaux et de Droit international des conflits armés dans le cadre desquels rentrent les exactions commises par le Hamas. 
*      Contexte des événements dans la zone de Sejaiya à Gaza, bastion du terrorisme du Hamas
1. La zone de Sejaiya (au nord de la ville de Gaza) est l'un des principaux bastions terroristes du Hamas et une importante base de lancement de roquettes, ayant pour cible la population civile en Israël. 
En outre, cette zone abrite de nombreuses installations de fabrication d’armes et de munitions, ainsi que des cachettes de roquettes et missiles.
D’autre part, une dizaine de tunnels y ont été creusés par des terroristes afin de les relier aux territoires israéliens pour y perpétrer des attaques de grande envergure contre des citoyens israéliens.  
Le Hamas a délibérément placé ses infrastructures terroristes au cœur de la population civile de Sejaiya. Les activités du Hamas violent diverses règles du Droit international, notamment l'article 58 du 1er Protocole additionnel aux Conventions de Genève, qui interdit la localisation « d’objectifs militaires à l’intérieur et à proximité des zones fortement peuplées ». 
2. Avant les opérations menées près de Sejaiya, l’armée israélienne a déployé de très nombreux efforts pour avertir les civils non impliqués, résidents dans la zone. L’armée a fait parvenir de nombreux avertissements à la population civile au cours des trois derniers jours, notamment par le biais de l’envoi de tracts, d'appels téléphoniques et d'annonces dans les médias arabes. Israël a demandé aux civils de Sejaiya de procéder à une évacuation vers des zones indiquées comme étant plus sûres pour leur propre protection.  
Le Hamas empêche la population civile d'évacuer la zone en question. Il utilise la population civile comme bouclier humain pour protéger ses propres terroristes, leurs activités illégales et leurs installations. Même maintenant, le Hamas continue d’interpeller des civils – dans les mosquées, les rues et à travers les médias – afin de leur demander de ne pas évacuer.  
Ces agissements du Hamas violent clairement les lois du Droit des conflits armés notamment le 1er Protocole additionnel aux Conventions de Genève qui interdit strictement - article 51 (7) - d’utiliser des personnes civiles ou des mouvements de population civile « pour tenter de mettre des objectifs militaires à l’abri d’attaques ou de couvrir, favoriser ou gêner des opérations militaires. Les parties au conflit ne doivent pas diriger les mouvements de la population civile ou des personnes civiles ».
3. Afin de répondre aux besoins humanitaires de la population de Sejaiya, Israël a approuvé une trêve médico-humanitaire avant-hier 20 juillet dans cette zone, entre 13:30 et 15:30 (heure locale). Il a même prolongé le cessez le feu de deux heures (jusqu’à 17h30), au profit des civils.
Israël a de nouveau appelé la population civile à évacuer la zone dans ce délai pour leur propre sécurité. Il a donné aux civils l’instruction de se déplacer vers l'ouest en direction de la ville de Gaza, au-delà de la route de Salah a-Din.
Le Hamas a continué ses tirs, violant de nouveau le cessez-le-feu humanitaire, et démontrant clairement son mépris pour la vie des civils de Sejaiya.
4. Israël regrette toute atteinte dont pourraient souffrir des civils non impliqués, mais le Hamas porte l'entière responsabilité des dommages causés à Sejaiya et de la souffrance de ses habitants. Le Hamas a ancré ses missiles et d'autres cibles militaires au sein de la population civile et a ensuite ordonné à cette population de ne pas quitter les lieux et d’agir comme « boucliers humains ». Les crimes de guerre et les violations des règles de morale élémentaires perpétrés par le Hamas doivent être condamnés par le plus grand nombre, au nom de la conscience et de la lucidité de tout un chacun.
Avec nos meilleures salutations,



Département politique de l’Ambassade d'Israël en France
3 Rue Rabelais, 75008 Paris

lundi 21 juillet 2014

DISCOURS DU Dr ALBERT ROCHE LORS DE LA COMMEMORATION DES VICTIMES DES CRIMES RACISTES ET ANTISEMITES AU FORT DU HA LE 20 JUILLET 2014

Monsieur le Premier ministre,
Monsieur le Maire,
Monsieur le Préfet etc…

Notre civilisation raisonne encore et toujours de la sentence de l’Ecclésiaste : »une génération s’en va, une génération s’en vient, et le monde tient toujours en place. »

Trois générations nous séparent désormais des évènements dont nous rappelons la mémoire en ce 20 juillet 2014 : la représentation nationale a instauré pour les temps à venir et pour les siècles des siècles, un jour d’hommage aux Justes de France et aux victimes des crimes racistes et antisémites del’Etat français, durant la seconde guerre mondiale.

Notre pays a connu les pires moments de l’histoire de l’antisémitisme. L’état français, sous la conduite du Maréchal Pétain, de Laval et de Drumont, cette France là, s’est déshonorée à jamais en organisant le statut des juifs, en planifiant leur rafle et leur déportation vers les camps de la mort.

La collaboration avec le régime nazi s’enrichissait d’un zèle sans précédent, pour recenser, lister les Juifs sur le territoire national, pour enfin éradiquer toute présence juive, et purifier la France de cette souillure juive, rendue responsable de tous les maux de la France et du genre humain.
Ce mécanisme victimaire, magistralement démontré et analysé par René Girard dans son ouvrage le Bouc Emissaire, est une vieille connaissance dans l’histoire de l’Humanité.

Mais le mythe biblique, attaché au pardon des fautes collectives, devenait réalité macabre et le symbole du bouc émissaire trouvait soudain une mise en scène matérialisée et incarnée dans le martyre des Juifs à l’échelle européenne.

Dans cette tourmente insensée, où les noms du Vel' d’Hiv, de Drancy mais aussi de Gurs et de Mérignac résonnent comme autant d’échos de cette forfaiture, quelques hommes, quelques femmes, quelques centaines, et au final, plusieurs milliers de français, se distingueront de la pensée unique et du lavage de cerveau idéologique pour dire Non.

Dire non à l’Etat français, s’opposer à ses décisions, à sa police ou à ses milices, c’était à coup sur risquer sa vie, mettre en danger sa survie et celle de ses proches.

Ces hommes, ces femmes ont, contre toute logique « in illo temporé » et sans logistique ni mot d’ordre, ici et là, partout en France, soustrait des juifs aux recherches de la police, ou assisté des juifs dans leur démarche d’exfiltration en zone libre ou en territoire étranger.

Ils ont sauvé sans contre-partie et sans calcul, des hommes, des femmes, des enfants promis par le seul fait d’être nés juifs à une extermination administrativement programmée et froidement exécutée.

Ces hommes et ces femmes pour beaucoup d’entre eux ont été retrouvés par un travail patient diligenté par Yad Vashem, institut de la mémoire de la Shoah à Jérusalem.

Ils ont reçu la médaille des Justes des Nations. Il reste encore beaucoup de ces héros anonymes, dont nombre d’entre eux ne seront probablement jamais connus ou reconnus. Leur anonymat constitue un devoir supplémentaire d’hommage à leur action, à leur abnégation et au sens de la valeur humaine qui les anima naguère.

Les Justes, il y en eut aussi dans tous les autres pays d’Europe où la persécution anti-juive s’exerça sous la botte nazie. Un chant juif du moyen âge leur correspond comme par anticipation prémonitoire : « c’est par la bouche des hommes intègres que s’élèvera l’Homme et par les actes des Justes que l’Humanité s’embellit. »
Nous aurions pensé que ces temps révolus eurent fait grandir l’Humanité. Hélas, trois fois hélas, la mémoire humaine est longue et courte à la fois.

Longue lorsqu’elle s’inscrit dans un travail pédagogique de transmission de l’Histoire ou de Commémoration, et courte devant le retour insidieux et lentement contagieux d’une idéologie antisémite d’un nouveau genre.

Nous étions presque habitués aux discours négationnistes de quelques marginaux. Nous nous étions fait une raison face aux nostalgiques d’un nazisme d’opérette.

Mais de nouveaux discours antisémites s’amalgament et se renforcent sous la forme inattendue par exemple d’un activisme burlesque ou prétendu tel, allant puiser, comme chez Dieudonné, son inspiration chez des idéologues multi condamnés comme Robert Faurisson ou des opportunistes en mal de médiatisation comme Alain Soral.

S’il en était juste ainsi, selon l’antique expression hébraïque, "DAYENOU": cela nous aurait suffit.

Malheureusement, nous constatons avec inquiétude que ce regain d’antisémitisme puise sa nouvelle force dans le rejet systématique de l’État d’Israël, de son existence, et de sa légitimité.
Il est tout à fait pensable et légitime de s’opposer à une politique, à un gouvernement ou à une idéologie.
En revanche, Il est impensable de s’opposer à l’existence d’un état de droit quel qu’il soit.
Imaginerait-on demander la disparition de la Chine au nom de l’occupation du Tibet et de la destruction de toute culture tibétaine ?
Imaginerait-on demander la disparition de la Russie, au nom des exactions du stalinisme ou du poutinisme actuel ?

La liste serait longue et pourrait toucher et intéresser toute nation souveraine, y compris la notre.

L’Etat d’Israël doit prendre ses responsabilités dans la résolution de son conflit avec le peuple palestinien.
Pour tout observateur indépendant, il ne fera aucun doute qu’Israël défend actuellement sa survie face aux menées terroristes du Hamas.

Parler de la paix n’est possible qu’en climat d’apaisement des tensions militaires, d’apaisement des discours fanatiques, avec une reconnaissance mutuelle des droits de chacun.
L’engrenage délétère dans lequel nous nous trouvons aujourd’hui est le résultat d’une cascade catastrophique dont il faut rappeler la chronologie :
-Tirs de roquettes Quassam et missiles Grad sporadiques depuis plus d’un an.
-Enlèvement et assassinat des trois jeunes israéliens le 12 juin dernier: Eyal Yifrach, 19 ans, Naftali Frankel, 16 ans et Gilad Shaer, 16 ans également.
-Représailles incontrôlables d’extrémistes juifs qui le 2 Juillet, enlèvent, et brulent vivant Mohamed Aboukhder, jeune palestinien de 16 ans, acte choquant s’il en est, condamné unanimement en Israël.
-Pluie de roquettes sur le sud d’Israël, jusqu’à Tel-Aviv et Jérusalem, entrainant le 8 Juillet, l’intervention militaire, « Barrière de protection », dirigée contre les infrastructures du Hamas, dans la bande de Gaza, avec son cortège malheureux et inéluctable de dégats collatéraux en termes humains, oui, en terme humain, car seules les victimes humaines resteront à jamais irremplaçables.

Les manifestations de soutien au peuple palestinien, désireux de vivre en paix, sont compréhensibles et légitimes.
Que ces manifestations, à Paris à Lille ou à Marseille soient organisées en soutien au Hamas, organisation terroriste, dictatoriale, ayant mis la bande de Gaza sous sa coupe, resteront inacceptables !

Imaginerait-on ces mêmes manifestations dans les rues françaises soutenir « Aqmi, c'est-à-dire Al Qaida au Maghreb Islamique » en conflit avec l’armée française ?

Accepterons nous ces mêmes manifestations dans les rues françaises en soutien aux djihadistes français revenus de Syrie, pour semer la terreur à Toulouse ou à Bruxelles ?

Comment comprendre la demande de Mr Le Drian, Ministre de le Défense de la République française, appelant l’État d’Israël à la retenue contre le Hamas, alors même que l’armée française, notre armée, combat le terrorisme en Centrafrique et au Mali, sans que l’homologue israélien de Mr Le Bihan, n’appelle la France à une quelconque retenue ? Quelle serait la réponse de la France si AQMI se mettait à bombarder les
Comme le disait Shimon Peres dans ses vœux du 14 juillet à l’ambassade de France à Tel Aviv, le 13 juillet dernier «  le terrorisme ne s’explique pas, le terrorisme ne s’excuse pas, il se combat. »

Nous sommes réunis aujourd’hui pour rappeler à notre mémoire les victimes des crimes racistes et antisémites de l’Etat français sous l’occupation nazie.
Je ne rappellerai ni les lois d’exception excluant les juifs des écoles et des universités, des administrations et des entreprises ; je ne rappellerai pas non plus la confiscation de leurs biens, la spoliation systématique, et l’humiliation au quotidien par le port infamant de l’étoile jaune.
Porter l’étoile de David est en soi un geste de fierté ; la porter sous la contrainte pour désigner les juifs à la vindicte populaire, devient un acte discriminatoire prémonitoire des rafles, de la concentration des juifs, de leur déportation et de leur assassinat programmé systématique.

La responsabilité de l’État français s’est trouvée engagée dès Octobre 1940. Le travail des historiens et la clairvoyance des pouvoirs politiques ont progressivement conduit le Président Jacques Chirac, auquel je veux rendre hommage personnellement, à la reconnaissance courageuse de la responsabilité de l’Etat français, et non plus de ce qu’il était convenu d’appeler le régime de Vichy.
Monsieur le Premier Ministre, monsieur le Maire, Monsieur le Préfet, Messieurs les représentants de la majorité et de l’opposition, j’en appelle à votre sens aigu de l’État, à votre attachement du Vivre ensemble, pour qu’aujourd’hui, aucun autre juif de France, ne soit victime de l’État français, par négligence, par laisser faire, ou pire encore, par calcul politique.

Les musulmans de France et les juifs de France, sont français d’abord, et doivent coexister dans le respect des droits et des devoirs octroyés par leur identité nationale.
Il est une responsabilité pédagogique de rappeler ce fondamental à tous les âges et dans toutes les strates de la société civile.
Le vivre ensemble est un impératif citoyen et républicain.
Il se doit d’être contagieux, et pourrait, peut-être, rêvons un peu, inspirer les protagonistes d’un conflit dramatique qu’il est interdit d’importer dans l’Hexagone.
Il en va de la paix intérieure de la France et de tous ses citoyens.
Je vous remercie
Albert ROCHE